Qu’est-ce que l’approche sensorielle des huiles essentielles ? Pourquoi et comment la pratiquer ?

Qu’est-ce que l’approche sensorielle des huiles essentielles ? Pourquoi et comment la pratiquer ?

L’approche sensorielle est un plongeon dans le secret de l’odeur d’un végétal ! C’est une méthode d’observation qui remet l’humain au centre de l’exploration du phénomène scientifique. C’est aussi un outil moderne et performant de connaissance de l’aromathérapie.

L’approche sensorielle : Une méthode d’observation !

L’approche sensorielle est un moyen d’observer une huile essentielle à travers son odeur.

Elle est issue d’une profonde recherche philosophique pour repenser les procédés scientifiques d’observation qui s’origine dans les travaux de Spinoza (1632-1677) puis de Goethe (1749-1832) et trouve son chemin jusqu’à nous à travers les œuvres de Husserl (1859-1938), du mathématicien Alexandre Grothendieck (1928-2014) et des recherches de Christian Escriva (chercheur et producteur de plante médicinales) son inventeur.

Pour faire simple, l’observation analytique que nous connaissons, recherche une forme de vérité objective sur l’objet de l’observation par l’intermédiaire d’un appareillage qui est situé à l’extérieur.

Dans l’approche sensorielle l’observateur fait partie intégrante de l’observation, il devient pour ainsi dire l’instrument de l’exploration c’est une recherche liée à l’intériorité.
Nous ne cherchons plus l’exactitude, nous cherchons un contact intime avec un phénomène, une huile essentielle, une alcoolature…

La subjectivité est la base de cette démarche qui ressemble à une longue observation olfactive et méditative. C’est une olfaction consciente où la sensibilité personnelle est au centre du travail.

Ne nous trompons pas subjectivité ne veut pas dire amateurisme ou négligence. Ici nous sommes dans une démarche de recherche et de connaissance qui demande une forme de rigueur et discipline dans l’observation.

A quoi sert l’approche sensorielle ?

Au fond pourquoi se lancer dans une étude qui met le ressenti individuel et donc l’intériorité au centre de l’expérience plutôt que de continuer à mettre l’intellect en avant et pratiquer des analyses, apprendre par cœur des pages des manuels de Matière Médicale ou compulser à vie les nombreux ouvrages super documentés sur les huiles essentielles ?
La réponse est claire, pour éprouver le génie thérapeutique du végétal observé et s’en créer une représentation intime.

L’approche sensorielle est une observation directe. A travers l’« éprouvement » de l’odeur de la plante, je me forge ma propre opinion.
Elle me permet de comprendre le végétal contemplé. Comprendre au sens de « prendre avec », de faire mien une information qui reste gravée en moi à tout jamais. C’est un des aspects fascinant de la démarche, les perceptions sont fixées en soi, accessibles à tout moment !
Lorsque la sensibilité est entrainée, les affirmations de la tradition prennent vie, il est même possible d’observer des effets qui ne sont pas connus, pas décrits !

Comment pratiquer l’approche sensorielle ?

D’un point de vue purement pratique je mets donc quelques gouttes d’extrait (huile essentielle, alcoolature, extrait de gemmothérapie) sur une touche de parfumerie, je l’approche de mon nez puis je respire son odeur entre 40 et 50 minutes en me concentrant sur mes ressentis corporels, mes émotions et mes pensées.
Tous les extraits liquides de plantes médicinales sont observables de la sorte. Il suffit d’abandonner un temps les soucis du quotidien, d’être prête à recevoir et communiquer. Dans cet en-creux de moi-même, j’observe ce paysage illimité qu’est « le génie de la plante ».
Il est tout à fait captivant d’expérimenter combien un extrait peut porter d’informations.

L’entrainement assure le ressenti dans sa finesse. Notre capacité à l’abstraction en augmente la profondeur.

En général les observations se font en groupes. La confrontation intersubjective des images et sensations observées au sein du groupe, dessine un portrait homogène du végétal.
Comme le dit Mario Bunge (Physicien et philosophe des sciences) ici « l’intersubjectivité ne coïncide pas toujours avec l’objectivité, mais elle en est la condition ».
Les applications de cette technique sont nombreuses tant au niveau thérapeutique qu’au niveau de l’épineux sujet de la qualité des huiles essentielles et des extraits végétaux.

En conclusion l’approche sensorielle constitue un nouveau paradigme d’observation, c’est aussi un outil d’évolution professionnelle qui permet redonner du sens aux métiers de la santé en introduisant la Nature au cœur du soin.

Ribes nigrum :  Pourquoi le Cassis nous fait tant de bien ?

Ribes nigrum : Pourquoi le Cassis nous fait tant de bien ?

Le Ribes nigrum est un remède pivot de la gemmothérapie. Très largement utilisé par les thérapeutes, il potentialise les effets des extraits qui lui sont associés et peut être administré à tous les âges de la vie. C’est une panacée. Dans cet article j’en fait une observation disruptive grâce l’approche sensorielle par l’olfaction de son extrait de gemmothérapie.

Comment pratiquer une olfaction d’approche sensorielle ?

J’ai déjà, publié un article détaillé sur l’approche sensorielle dans mon blog. Il est temps de vous partager mon quotidien de thérapeute en vous faisant découvrir une observation que j’ai faite.

Lorsque j’ai commencé, je n’observais que des huiles essentielles, leur fragrance est puissante et durable, même si elle évolue légèrement dans le temps comme le décrivent les parfumeurs. C’était rassurant.

Aujourd’hui m’attaquer à un extrait de Gemmothérapie me semble une évidence même si son odeur est très discrète.

Je fais mes olfactions en fin de matinée vers 11h30. Je verse donc quelques gouttes d’extrait sur une touche de parfumerie, puis je respire son odeur entre 40 et 50 minutes en me focalisant sur mes ressentis corporels, mes émotions et mes pensées.

Ma restitution de l’olfaction de la gemmothérapie de Cassis :

Je vous partage ce que, ce matin, j’ai observé de l’olfaction de cet extrait dilué au 1/10ème et dynamisé.

L’odeur fine d’alcool mêlé de sucre m’écœure légèrement, je baigne dans une couleur violine très douce et profonde.

Assez rapidement mon corps est saisi avec fermeté par des picotements qui font penser à une mise en mouvement douce mais directive des fluides dans le corps.

Des articulations douloureuses (épaule, genou) qui me gênent en ce moment sont éveillées, la douleur est vive. Puis toutes sortent d’autres douleurs dont je n’avais pas conscience sont mises en évidence.

Un projecteur est pointé sur les douleurs de la structure osseuse, ma colonne vertébrale semble scintiller. L’axe « Atlas-Coccyx » est tendu entre ciel et terre. Mon bassin prend toute sa place mon coccyx s’ancre dans ma chaise, je suis stable dans ma base. Je conçois un lien profond avec l’élément Terre.

Adoucissement des muqueuses des sinus frontaux et maxillaires inflammés par une allergie saisonnière.

Dans la zone génito-urinaire, reins et vessie sont sous tension. Très nettement je sens mes glandes surrénales s’activer. Paradoxalement un calme profond presqu’une somnolence s’installe en moi.

La nausée s’accentue, je sais qu’elle est consécutive à l’activation du mouvement circulatoire.

Avec le temps le cassis agit comme un baume. Progressivement les douleurs et tensions se dissipent. Les articulations se délient. La respiration est régulée.

Les pensées sont claires, simples, peu élevées. On est dans le champ du « Faire » dans un état propice à l’action, au dynamisme.

Quelles propriétés déduire de l’olfaction du Cassis ?

Une restitution d’olfaction est toujours subjective, elle implique le ressenti individuel et l’état de l’observateur au moment de l’observation. Ensuite il y aura un travail d’interprétation des images et sensations observées.

J’ai donc ressenti :

  • Une action tonifiante sur la sphère circulatoire
  • Un effet diurétique sur système urogénital
  • Une affinité pour le système articulaire (grandes et petites articulations)
  • Un travail profond sur la minéralisation de la structure osseuse
  • Un effet sur le processus inflammatoire des voies respiratoires (muqueuses sinusales et respiratoires) et sur le phénomène allergique
  • Une action vitalisante
  • Une action de recharge énergétique

Comment je l’utilise ?

C’est un extrait à utiliser en cure au moins 2 fois par an, seul ou en mélange synergique dans des cas de rhumatismes, les états grippaux, les allergies respiratoires et cutanées, les états de convalescence ou de fatigue, les fractures osseuses…

Ses usages sont multiples, je veux vous invite à le tester vous-même, il n’y a que comme ça que l’on peut vraiment s’approprier un extrait.

Buvez-le, respirez son odeur… bref expérimentez !

Et n’hésitez pas à me mettre vos observations en commentaires, j’y répondrai avec grand plaisir.

Mots clés : approche sensorielle, olfaction, gemmothérapie, cassis, ribes nigrum, diurétique, antiinflammatoire, allergie, articulation, ressenti